RCSP - Back in Step

Programmes et Services

RCSP - Back in Step

Transcription

Se Remettre sur pied

Des policiers et des premiers intervenants aident les vétérans sans abri

« J’ai servi dans l’armée pendant sept ans. » « Trois ans. » « 1997-2001» « Princess Patricia's Canadian Light Infantry » “le Régiment de Police Militaire Reserve d’Ottawa.» «Infanterie» « David Lussier » « Trevor Sadownick » « Terry Donald Anderson » « Patrick Cluff » « John Langford » Les Forces armées canadiennes sont dévouées à défendre le Canada, à protéger nos intérêts et à contribuer à la paix et à la sécurité internationales. Les hommes et les femmes qui servent dans les Forces armées canadiennes ont de longues journées de travail; ils partent en mission pendant plusieurs mois consécutifs, loin de leur foyer et de leur famille, et sont souvent exposés au danger et appelés à combattre dans des situations de conflit. A maints égards, leur monde est bien diffèrent de la vie civile. “C’est très exigeant. C’est épuisant mentalement » « Je serais menteuse de dire que je n'avais pas peur, je me souviens de regarder aux alentours, les maisons étaient détruites, il y avait des trous partout, la pauvreté. C'était un genre de petit choc culturel.» Le retour à la vie civile n’est pas toujours facile. S’adapter aux changements qui surviennent dans la famille peut s’avérer difficile. Qu’il s’agisse de la routine, de la structure, des rôles, de l’environnement quotidien, voire même des relations familiales, le retour à la vie civile exige le plus souvent une adaptation. « Tu es libre. Puis ça, ça devient épeurant. Qu'est-ce que c'est que ça? Où est-ce que je suis? Comment ça ce fait que tout d'un coup... Hier ce n'était pas ça, puis aujourd’hui c'est ça. » « Vous devez commencer à payer vos comptes et à vous occuper de votre logement, et tout le reste. » Il n'y a plus de bruit. Tu peux te retrouver tout seul. Là, ça peut arriver. Là, ça hante. C'est diffèrent, c'est bizarre. Il n'y a plus rien de pareil. Que ce soit en raison de la manière dont sont structurés les services militaires et les services de police ou encore des compétences semblables exigées par ceux ci, plusieurs militaires choisissent de devenir policiers lorsqu’ils quittent l’armée. « Le service de police était une étape naturelle après l’armée; on retrouve la camaraderie qui est très similaire à celle de l’armée.» « Nous faisons la lutte au crime, et nous sommes à la recherche de criminels. » Malgré ces exemples de réussites, on constate qu’il y a de plus en plus de vétérans qui se retrouvent dans la rue chaque année. Ces sans abri proviennent de tous les milieux et comprennent divers groupes d’hommes, de femmes et d’enfants, y compris des vétérans et leur famille. De nombreux vétérans ont été exposés à des situations dangereuses et traumatisantes pendant leur service militaire et doivent souvent lutter contre les séquelles qu’ont laissées ces expériences. Ils peuvent également avoir de la difficulté à faire la transition de la vie militaire à la vie civile. Ce genre de situation peut les amener à développer des mécanismes d’adaptation inadéquats, comme l’abus de drogues et d’alcool. Cela peut notamment avoir des répercussions importantes sur l’individu et mener à la perte d’emploi, à des problèmes financiers, à l’aliénation des membres de la famille et des amis, à la perte d’estime de soi, et même à l’itinérance. Quand je suis sorti de l'armée je n'avais pas le courage, je n'avais pas la motivation de demander de l'aide. Alors je me suis retrouvé sans abri. « Il ne s’agissait pas d’un problème d’alcool; ce n’était pas de la dépendance à la drogue ou tout autre problème du genre. Je ne pouvais plus fonctionner, c’est tout. » Oui, je me suis tourné vers l'alcool pour supprimer les mémoires. J'avais trop de mémoires qui étaient trop difficiles à vivre et je me suis tourné vers l'alcool. « Nous vivions dans des tentes, nous avions des chandelles et beaucoup de couvertures, et nous allions fouiller dans les ordures, car nous savions quand les restaurants jetaient leurs restants. » Comme pour la population générale des sans abri, il est très difficile de déterminer avec exactitude le nombre de vétérans sans abri au Canada. Quel qu’en soit le nombre, Anciens Combattants Canada considère l’itinérance chez les vétérans inacceptable. « Je connais ce type depuis 18 ans et je ne savais pas qu’il avait été dans l’armée. Il ne savait pas que moi aussi j’avais été dans les forces. » « Ils sont gênés jusqu’à un certain point… Non, c'est comme cela, ils sont gênés, c'est ce que je pense. » « J’ai de la sympathie pour les policiers qui doivent tenter de retracer qui était dans les forces. » « Et puis, l'expérience avec la policière de la police d'Ottawa a été fantastique parce que ça m'a motivé à avoir de l'espoir dans la police, dans l'autorité. » Lorsqu’ils répondent à un appel ou effectuent des patrouilles de routine, les policiers et les autres premiers répondants sont bien placés pour identifier les vétérans sans abri qui ont servi dans les Forces armées canadiennes ou dans la GRC. « Nous sommes sur la ligne de front; nous travaillons avec les itinérants tous les jours. » « Nous n’avions qu’à nous promener au centre-ville pour rencontrer des itinérants. Chaque jour, sans exception,nous leur parlions, et nous commencions à les connaître et à connaître leurs histoires. » Puis, c'était l'hiver et puis j'étais tombé endormi dans l'auto. Puis j'ai vu une lumière, une lumière dans la vitre et j'ai vu que c'était une policière. En premier, c'est moi qui lui avais dit que j'étais un ancien combattant. Puis elle m'avait remercié pour avoir servi, ce qui était bizarre pour moi parce que je n’avais jamais entendu ça avant. « En tant que policiers, des SMU, travailleurs de première ligne,nous sommes là, nous sommes sous le pont, nous nous rendons dans les secteurs malfamés et réputés de la ville, tout le temps». Soyez attentif aux indicateurs subtils que peut vous fournir un individu; il peut par exemple mentionner un régiment dans lequel il a servi ou des dé ploiements outremer auxquels il a participé. Pour de nombreux vétérans sans abri, il est difficile de repenser à leur vie en tant que militaires. S’ils font confiance au policier ou au premier répondant ou se sentent à l’aise avec lui, il est possible qu’ils abordent le sujet. Le cas échéant, il faut être attentif aux signes qui permettront de déterminer la situation de l’individu et s’il s’agit d’un vétéran. Lorsqu’un premier répondant ou un policier en patrouille rencontre un sans abri, la première étape consiste à lui poser une simple question : « Avez vous déjà servi dans l’armée ou dans la GRC? » Aujourd’hui, les services de police au pays offrent régulièrement leur soutien aux sans abri qu’ils rencontrent et leur posent les questions nécessaires pour déterminer au départ s’ils ont servi dans les Forces armées canadiennes ou au sein de la GRC. S’il s’agit d’un vétéran,celui ci devrait être mis en relation avec Anciens Combattants Canada pour que l’on puisse confirmer les détails relatifs à son service et déterminer les services qui s’offrent à lui.

Image text : Avez-vous servi dans les Forces armées canadiennes ou la GRC?

Si vous êtes sans-abri, on peut vous aider Contactez

Anciens Combattants Canada 1-866-522-2022 veterans.gc.ca/sansabri

« Le gros travail des policiers sera d’établir des liens avec Anciens Combattants Canada. C’est aux policiers qui veulent aider les vétérans que revient la tâche de vous présenter. Allez dans les bureaux. Invitez-les à vos journées de formation. Ce ne sont pas toutes les villes qui vont s’occuper des vétérans, mais Anciens Combattants Canada est un organisme gouvernemental fédéral. Il y a un numéro 1 800 et vous pouvez joindre le Ministère en tout temps. » Anciens Combattants Canada offre aux vétérans un éventail d’avantages et de services, et ceux ci peuvent jouer un rôle essentiel pour aider un vétéran à sortir de la rue ou éviter qu’il tombe dans l’itinérance. Si, pour une raison quelconque, le vétéran n’est pas admissible à un ou à plusieurs de ces services clés, Anciens Combattants Canada peut les aider à trouver des ressources dans la communauté.

TEXT ON SCREEN : Anciens Combattants Canada (ACC) peut aider les vétérans et les anciens membres de la GRC admissibles avec ce qui suit :

• Fonds d’urgence

• Soins de santé

• Soutien financier

• Soutien à l’emploi

• Formation professionnelle et assistance professionnelle

• Soutien par les pairs

• Gestion de cas

• Service d’aide d’ACC – services de consultation et d’aiguillage (24 h par jour/7 jours par semaine)

veterans.gc.ca/sansabri

Anciens Combattants Canada reconnaît qu’il ne peut pas régler à lui seul le problème de l’itinérance chez les vétérans. Dans certaines circonstances, d’autres organismes peuvent être mieux placés pour aider les vétérans sans-abri et leur offrir le soutien nécessaire. Les organismes locaux à but non lucratif peuvent être en mesure de fournir une aide immédiate qui permet de répondre aux besoins du vétéran, notamment un endroit où se loger, de la nourriture ou une aide financière. « J'étais perdu; ils m'ont retrouvé. Après 27, 28 années. » ”Il ne faut jamais sous-estimer les effets positifs et considérables que peuvent avoir l’accès à un logement et d’autres mesures de soutien dans la vie d’un vétéran. « Nous aussi, nous avons une porte, et nous entrons et sortons à notre guise. » « Alors, ils m'ont donné de l'espoir et puis ils m'ont montré que de bonnes choses peuvent arriver. » « Certains d’entre eux ont passé des dizaines d’années dans la rue et, maintenant, ils ont leur propre logement. Ils ont un toit et, aussi, une certaine dignité. » En travaillant de concert, nous pouvons offrir aux vétérans sans abri l’aide dont ils ont besoin pour avoir une vie meilleure, hors de la rue. « C’est beaucoup de monde qui travaille ensemble, et je suis fier du travail que nous avons accompli. « Pour ce qu’ils ont fait pour notre pays, je crois qu’ils méritent toute l’aide que nous pouvons leur donner et tous nos efforts pour les sortir de la rue. » Nous devons faire tout notre possible pour assurer que la transition de la vie militaire à la vie civile se déroule en douceur, malgré les difficultés qu’elle peut comporter. Nous avons tous un rôle à jouer. Les vétérans se sont portés volontaires pour défendre notre nation et c’est maintenant à nous de les aider. Si vous connaissez un vétéran sans-abri ou à risque de le devenir, veuillez communiquer avec Anciens Combattants Canada au 1-866-522-2022

Text over image : Veuillez communiquer avec Anciens Combattants Canada 1-866-522-2022 veterans.gc.ca/sansabri

Remerciements spéciaux à : Service de police de Calgary, Service de police de Victoria, Service de police de Vancouver

Description

Cette vidéo met en lumière les expériences et les circonstances uniques des vétérans sans abri. Elle fournit de précieux renseignements aux policiers et autres premiers intervenants pour faciliter le repérage des vétérans et anciens membres de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui vivent une situation d’itinérance et les aider à obtenir les services et le soutien dont ils ont besoin.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Communications
Date d’enregistrement :
28 octobre 2016
Durée :
10:06

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :